Témoignages

Témoignage anonyme

Pourquoi écrire un témoignage? Pourquoi aujourd’hui et non auparavant? En fait, parce que c’est aujourd’hui que je sais qui je suis réellement, et quelle est ma vraie valeur dans ce monde. Lire la suite

 

Témoignage de Emel

Salut, moi c’est Emel, je suis bisexuelle, féministe, j’aime écrire et j’ai été violée. Lire la suite

 

Témoignage anonyme

J’ai été victime d’agressions sexuelles par mon cousin lorsque j’étais âgée de cinq ans. Mon agresseur avait huit ans de plus que moi; c’était un adolescent. Ma grand-mère connaissait la nature des agressions sexuelles que je subissais. Lire la suite

 

Témoignage de Daniella

Je me nomme Daniella, j’ai 21 ans et je suis étudiante au Baccalauréat en Service social à l’Université d’Ottawa. Avant tout, je suis ce que l’on appelle une réfugiée. Mon pays natal, le Burundi, a subi d’importants conflits, dont le génocide en 1993-2003. Saviez-vous que les femmes et les enfants composent les principales victimes des conflits armés? Lire la suite

 

Témoignage anonyme

Étant donné que c’est arrivé lorsque j'étais une enfant, plusieurs conséquences ce sont manifestées. Je me méfiais des gens et j'avais peu d'amis à école primaire. Je retenais tous mes sentiments et je ne parlais à personne. Je me sentais très seule à cette époque et je pleurais souvent pendant des heures dans ma chambre. Lire la suite

 

Victime d'agression sexuelle , aujourd'hui militante au sein du CALACS Coup de Coeur de Joliette , elle relève la tête !

Une entrevue audio avec Nicole, victime d’agression sexuelle et militante au CALACS Coup de Cœur de Joliette qui raconte sa démarche et Manon Landry, intervenante au CALACS Coup de Cœur de Joliette qui explique les services offerts aux victimes et à ses proches.   Écoutez le témoignage.

 

Une survivante témoigne

Sabrina,  victime d'agression sexuelle raconte son histoire et Pascale Parent, intervenante au CALACS de RImouski rappelle que " C'est le seul crime où l'on remet en question la responsabilité de la victime. On ne le fera pas sur d'autres crimes. Mais pour les agressions sexuelles, on va se demander si la femme avait bu, c'était quoi son vêtement et on va se questionner sur son passé. »  Consulter l'article "Une victime d'agression raconte son histoire", Radio-Canada, 10 décembre 2014.

 

Une enfance volée

Un vieux médecin à qui je racontais avoir vécu dans une famille dont le père était un pédophile me dit, les yeux pleins de larmes: On vous a volé votre enfance. Cette simple phrase résume en quelques mots toute mon histoire ainsi que celle de tant de personnes ayant grandi dans l'abus.

En effet, une famille où l'agression sexuelle existe et persiste, sans être reconnue ni dénoncée, où l'abus est en quelque sorte normalisé, est une famille où il n'y a pas de sécurité véritable et qui ne peut apprendre à ses enfants la confiance, l'amour, l'intégrité, le respect. Pour ma part, je suis consciente d'avoir appris la méfiance et la peur, d'avoir intégré l'idée que lorsqu'on disait m'aimer, c'est qu'on attendait de moi que je satisfasse les besoins de l'autre. J'y ai appris que je ne valais pas le respect, que si j'exigeais ce respect, je risquais d'être rejetée, abandonnée.

Extrait du Chant du papillon, guérir la blessure de l'inceste, Marie L.  Editions du Réseau Chant de fleurs, 2000

Actualités RQCALACS

13
nov

Montréal, le mercredi 8 novembre 2017 – Le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) salue l’initiative des ministres David et Charlebois de débloquer 1M$ pour aider les ressources pour victimes d’agression sexuelle à faire face à l’augmentation des demandes de soutien. Suite à la vague de dénonciations #MoiAussi, les CALACS avaient vu, en moyenne, les demandes d’aide tripler en seulement dix jours et cette augmentation n’a cessé de prendre de l’ampleur depuis. Les montants remis par le gouvernement sont donc chaudement accueillis dans les centres. Le fonds d’urgence a été distribué parmi 47 ressources. Les centres membres du RQCALACS ont reçu entre 10 800$ et 28 400$.

Lire la suite »

8
nov

Le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) lance un vaste mouvement de solidarité en invitant la population à accrocher une courte chaîne de trombones à leurs vêtements, comme symbole de leur engagement dans la lutte aux violences sexuelles. Avec la vague de dénonciations #MoiAussi, les victimes ont encore brisé les chaînes du silence. Ensemble, créons une grande chaîne de solidarité.

Lire la suite »

31
oct

À peine deux semaines après la sortie du mot-clic #MoiAussi, les Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) sont à bout de souffle et n’ont pas encore vu la couleur de l’argent annoncé par la ministre David.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Ensemble, créons une chaîne de solidarité

Lire la suite »