Attitude aidante #8 LA DÉCULPABILISER

05 septembre 2016

La honte est un sentiment insidieux qui ronge plusieurs victimes d’agression sexuelle : « pourquoi je n’ai pas été capable de l’arrêter? ». « Pourquoi j’ai accepté son invitation? ». « Pourquoi je ne l’ai pas dénoncé? ». Plusieurs victimes racontent « avoir été souillées, se sentir sales » et avec ce sentiment, vient une honte de soi. 

De plus, l’agression sexuelle est l’un des rares crimes pour lesquels la société fait trop souvent porter le blâme à la victime : « elle n’avait qu’à pas s’habiller comme ça! », « c’est elle qui l’a excité, elle l’avait embrassé », etc. Et quand la survivante ose nommer son agresseur, le discrédit redouble souvent : « elle veut détruire la réputation d’un bon père de famille », « elle se venge de son patron parce qu’elle n’a pas eu la promotion », « elle brise la famille », etc. Ces différents préjugés sexistes ont pour effet d’inverser les rôles : l’agresseur est perçu comme la victime alors que celle qui a subi la violence doit en porter la culpabilité. Même si personne n’a tenu de tel propos devant elle, il est fort probable que la victime ait entendu de telles réactions très répandues dans la culture populaire, les médias, etc.   Cette banalisation de la culture du viol est en grande partie responsable de ce sentiment de honte et de culpabilité, qui maintient les victimes dans le silence et permet aux agressions de continuer.

Si elle vous en fait part, laissez la personne exprimer son sentiment de honte, ne le niez pas, mais expliquez pourquoi il s’agit d’une réaction courante. Ramenez la faute vers l’agresseur : il est seul responsable de ses actes.

*Cette mise en situation est fictive, elle est uniquement présentée à titre d’exemple :

Voilà plus d’une semaine que Myriam ne répond pas à ses textos. Inquiète, Farah  lui rend visite. Elle la trouve dans un état lamentable. Pas question de la laisser enfermée plus longtemps! Mais Myriam refuse de s’habiller pour sortir : et pleure; son ton est hargneux « je suis une vraie conne… je m’en veux tellement.»  Elle lui dit qu’elle avait trop bu au party de son cousin, qu’elle n’aurait pas dû accepter d’aller dans la chambre. « Ils disaient que c’est ce que je voulais, que j’suis juste bonne à ça pis ils avaient raison … Il y en a un qui a pris des photos, je les ai vues sur Facebook, tout le monde va savoir ce que je vaux. »  Farah prend Myriam dans ses bras « Chut ma belle amie, je comprends que tu te sentes mal, c’est normal après ce qu’ils t’ont fait, mais c’est eux qui l’ont fait, pas toi. Toi, tu n’as pas fait de mal à personne, tu n’as pas humilié personne. » « Mais j’ai bu, répond Myriam, je n’aurais pas dû.» « Tout le monde a bu au party…Ce n’est pas une raison. Ce n’est pas légal ce qu’ils ont fait, le partage des photos sur Facebook non plus.» Elle regarde Myriam dans les yeux « Qui a blessé qui? ». Les sanglots de Myriam se calment : « c’est eux qui m’ont blessé ». « Oui et c’est eux qui devraient avoir trop honte pour sortir de chez eux », renchérit Farah.

 Téléchargez la version PDF de l'attitude aidante #8

La campagne #OnVousCroit

 

Voir les attitudes aidantes précédentes

 

Actualités RQCALACS

29
oct

C’est avec grande déception que le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) avait accueilli la proposition du conseil d’administration de la FFQ souhaitant forcer une prise de position des membres sur le débat entourant la prostitution.

Lire la suite »

12
oct

À pareille date l’an dernier, les réseaux sociaux étaient pris d’assaut par des milliers survivant.e.s d’agression à caractère sexuel qui témoignaient de leur vécu sous le mot-clic #MeToo, alors qu’une actrice hollywoodienne, Alyssa Milano, propulsait le mouvement initié par la militante afro-féministe Tarana Burke. Aujourd’hui, les Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) réitèrent la nécessité d’un véritable changement de culture PERMANENT et des actions soutenues pour contrer les violences sexuelles.

Lire la suite »

28
sep

Lettre ouverte suite au point de presse du Parti Québécois du mercredi 26 septembre 2018 Le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) constate la sortie du Parti Québécois– représenté par la vice cheffe du Parti Québécois, Véronique Hivon, ainsi que les candidats Carole Poirier (Hochelaga Maisonneuve), Maka Kotto (Bourget), Jennifer Drouin (Sainte-Marie–Saint-Jacques) et Marie-Aline Vadius (Laurier-Dorion)- pour rappeler l’importance de donner suite au mouvement #moiaussi.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Campagne Ça me regarde!

Lire la suite »