Attitudes aidantes

Pour une personne qui a subi des agressions à caractère sexuel, il peut être difficile d’en parler. « Est-ce qu’on va croire mon histoire ? » « À qui dois-je en parler ? » « Que va-t-il se produire si j’en parle ? »

Plusieurs raisons contribuent à son silence : les mythes et les préjugés, la crainte des représailles de l’agresseur, l’impression d’être la seule à vivre cette situation, le fait d’avoir des sentiments confus à l’égard de l’agresseur, la crainte des démarches judiciaires, la peur de perturber la vie de ses proches et l’impression d’être responsable de l’évènement.

Il n’est pas facile d’aider une personne qui a subi une agression à caractère sexuel. La personne qui reçoit ce genre de confidences doit être à l’affût de ses propres réactions et de celles de la victime, avant d’émettre un jugement ou d’entreprendre une action.

  1. Soyez à l’écoute;
  2. Croyez la personne;
  3. N’ayez pas de jugements;
  4. Ne posez pas de questions suggestives;
  5. Laissez la personne vous parler en ces propres mots;
  6. Recevez la personne dans ses émotions et respectez son rythme;
  7. Évitez les réactions trop fortes, maitrisez vos émotions;
  8. Remettez la responsabilité à l’agresseur;
  9. Vérifiez si la personne est en situation de danger et si elle a des idées suicidaires;
  10. Vérifiez si la personne à un réseau de soutien (famille, amis);
  11. Vérifiez les ressources de la région et référez au besoin;
  12. Si besoin, allez chercher du soutien.

 

Pour en savoir plus sur comment aider une victime d’agression sexuelle :
Table de concertation sur les agressions à caractère sexuel de Montréal

Actualités RQCALACS

20
fév

Ça fait maintenant presque qu’un an et demi qu’on propage le message #OnVousCroit dans les médias traditionnels et sociaux lorsqu’il est question de violence sexuelle. Depuis, on nous reproche de croire les yeux fermés, on nous accuse de sexisme inversé et de nous penser au-dessus des lois, on nous traite d’extrémistes et on nous dit que notre message nuit à notre crédibilité. À tous-tes les sceptiques, qui jugent que notre message #OnVousCroit est futile, vous trouverez, dans les lignes qui suivent, les raisons pour lesquelles nous ne cesserons pas de l’utiliser.

Lire la suite »

9
fév

Montréal, jeudi le 9 février 2017 – Le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) juge inadéquate la déclaration de Gerry Sklavounos et souhaite que le gouvernement Couillard décide de ne pas le réintégrer à son caucus.

Lire la suite »

8
déc

Nous, le Comité conseil du Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS), vous écrivons aujourd’hui, à l’occasion des 12 jours d’action contre les violences envers les femmes, au sujet de la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles (Stratégie). L’objectif de notre comité est de remettre au centre de la lutte contre les violences sexuelles, les réalités et les expériences plurielles des femmes qui sont traditionnellement mises en marge de la société.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Campagne contre les violences vécues par les femmes locataires

Lire la suite »