Le RQCALACS juge inadéquate la déclaration de Gerry Sklavounos

09 février 2017

Montréal, jeudi le 9 février 2017 – Le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) juge inadéquate la déclaration de Gerry Sklavounos et souhaite que le gouvernement Couillard ne le réintègre pas à son caucus.

On peut constater, dans la déclaration du député Sklavounos, qu’il se déresponsabilise complètement des gestes répréhensibles qu’il a commis envers les femmes. En invoquant sa personnalité extravertie, volubile et passionnée et en faisant allusion à des tentatives maladroites de socialiser, il se positionne en effet comme une victime qui n’a absolument rien à se reprocher. Gerry Sklavounos remet l’entière responsabilité sur les épaules des femmes qui ont dénoncé ses comportements en prétendant qu’elles les auraient mal interprétés et en les blâmant de ne pas lui avoir exprimé leur malaise. Ce faisant, il banalise le harcèlement sexuel et les conséquences qui découlent de ces comportements inacceptables.

Il nous apparaît plutôt inquiétant qu’un homme qui siège à l’Assemblée nationale, en 2017, ne sache pas faire la différence entre un compliment ou une blague pour détendre l’atmosphère et du harcèlement sexuel. Alors que les premiers comportements devraient susciter une réaction positive de la part des personnes visées, le harcèlement sexuel provoque malaise et inconfort. Si M. Sklavounos n’a pas été en mesure de déceler les malaises qu’il a vraisemblablement provoqués dans le passé, c’est qu’il n’en avait manifestement pas la volonté. Et avec la déclaration qu’il a prononcée plus tôt aujourd’hui, dans laquelle il justifie les gestes qui lui sont reprochés par sa personnalité extravertie, tout porte à croire que les comportements du député libéral ne changeront pas de sitôt.

Reste maintenant à savoir si le premier ministre du Québec décidera, malgré tout, de réintégrer le député Sklavounos à son caucus. Chose certaine, il s’agit d’une occasion intéressante pour le gouvernement Couillard de montrer sa réelle volonté de lutter contre les violences sexuelles faites aux femmes et de mettre un terme à cette culture de l’impunité qui règne lorsqu’il est question de ce fléau social.

 

Pour information :

          Stéphanie Tremblay, agente de communication
          Cell medias : 514-346-5252 | RQCALACS : 514-529-5252
          Site web | Facebook | Twitter
          stephanie.tremblay@rqcalacs.qc.ca

Actualités RQCALACS

31
mai

Le RQCALACS est à la recherche d'une organisatrice communautaire féministe ayant de l'expérience au niveau de la vie associative et de l'organisation d'événements. Entrée en poste en août 2018

Lire la suite »

24
mai

Hier en fin d’après-midi, la CFVF a rencontré le chef du Parti québécois, Jean François Lisée, accompagné de la vice cheffe, Véronique Hivon, et de la représentante de la condition féminine, Catherine Fournier. La CFVF a bien entendu exigé une rencontre avec chacun des chefFEs de partis mais tous n’ont pas donné suite à cette invitation. Cette première rencontre devrait donc être annonciatrice des suivantes…

Lire la suite »

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Commande d'outils de sensibilisation

Lire la suite »