2016 : Encore coupables d'avoir été agressées !

24 mars 2016

Montréal le 24 mars 2016 – Quelque soit le verdict qui sera prononcé dans l’affaire Jian Ghomeshi aujourd’hui, le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) croit que ce procès aura renforcé les mythes et préjugés associés à la crédibilité d’une victime et aura confirmé les lacunes importantes du système judiciaire dans le traitement de plaintes d’agression sexuelle.

Les agressions sexuelles sont difficiles à prouver «hors de tout doute raisonnable» puisque le verdict repose sur la notion du consentement qui, de par sa nature, oppose la parole de la plaignante contre celle de l’accusé. Il n’est malheureusement pas surprenant dans ce cas que l’avocate de la défense ait travaillé pour miner la crédibilité des victimes. « La défense a exploité les mythes et préjugés sexistes selon lesquels les femmes sont responsables de leur agression puisqu’elles se sont mises dans une situation compromettante; une victime crédible doit agir d’une certaine façon; ou bien, si elles n’ont pas immédiatement cessé tout contact avec leur agresseur elles étaient consentantes » déplore Nathalie Duhamel, coordonnatrice du RQCALACS.  « L’avocate de la défense a réussi à faire oublier les faits reprochés à l’agresseur tout en relayant les victimes au banc des accusés», ajoute-t-elle.

Selon l’Enquête sociale générale sur la victimisation menée par Statistique Canada en 2014, à peine 1 814 accusations d’agression sexuelle ont mené à une condamnation sur les 633 000 déclarées par les Canadiens de 15 ans et plus, soit 3 cas sur 1000. « Selon nous, le traitement judiciaire que notre système réserve aux victimes d'agression sexuelle explique pourquoi ce crime est le moins dénoncé avec un taux de dénonciation plafonné entre  5% et 10 % depuis plusieurs années » explique Nathalie Duhamel, coordonnatrice du RQCALACS. D’ailleurs, plusieurs raisons : peur de ne pas être crues, peur des représailles, les réactions de l’entourage, etc, expliquent les réticences des femmes à dénoncer leur agresseur, surtout lorsqu’on sait que dans la majorité des cas celui-ci est connu de la victime.

Le RQCALACS réitère son appui à toutes les femmes qui dénoncent les agressions sexuelles qu’elles ont subies, qu’elles passent par le système judiciaire ou non.

 

-30-

Pour information : Nathalie Duhamel, coordonnatrice

 514 529-5252, cellulaire: 514 346-5252

Source : Regroupement québécois des CALACS 

 

 

Actualités RQCALACS

24
mai

Hier en fin d’après-midi, la CFVF a rencontré le chef du Parti québécois, Jean François Lisée, accompagné de la vice cheffe, Véronique Hivon, et de la représentante de la condition féminine, Catherine Fournier. La CFVF a bien entendu exigé une rencontre avec chacun des chefFEs de partis mais tous n’ont pas donné suite à cette invitation. Cette première rencontre devrait donc être annonciatrice des suivantes…

Lire la suite »

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

3
avr

Un rassemblement sans précédent en faveur de l’abolition du délai de prescription pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que pour l’obtention d’un soutien adéquat à ces personnes

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

#EtMaintenant

Lire la suite »