Au nom des victimes, vous dites?

09 mars 2012

 

« Ce gouvernement existe pour aider les victimes » a déclaré le premier ministre Harper, à la défense du sénateur Boisvenu, suite à sa regrettable déclaration que désormais tout le monde connaît : « il faudrait que chaque assassin ait le droit à sa corde dans sa cellule ».

La protection des victimes d’actes criminels se trouve au cœur de l’engagement de M. Boisvenu au Sénat. Avant sa nomination - par le premier ministre Harper, faut-il le rappeler -, il a fondé et présidé l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues. Peut-il pour autant se prétendre le porte-parole des victimes, et surtout de toutes les victimes?

En tant qu’organisme qui défend les droits des femmes et adolescentes victimes d’agression à caractère sexuel, nous ne nous reconnaissons pas dans les propos ni du sénateur Boisvenu, ni du premier ministre Harper, qu’ils prononcent soi-disant au nom des victimes. Nous ne partageons pas cette vision qui oppose les droits des victimes à ceux des criminels. Nous questionnons la légitimité de Pierre-Hugues Boisvenu comme porte-parole du gouvernement en matière de justice et la pertinence des mesures gouvernementales qu’on veut mettre en place pour « aider les victimes ».

Le projet de loi C-10 – Loi sur la sécurité des rues et des communautés – contient plusieurs mesures répressives contre les criminels, et il est présentement devant le Sénat, au Comité permanent des affaires juridiques et constitutionnelles, dont fait partie le sénateur Boisvenu. Cette loi se rapproche de l’assermentation, et nous sommes malheureusement persuadées qu’elle n’aidera pas les victimes, bien qu’elle soit défendue en leur nom.

Le crime d’agression sexuelle est un crime généralement commis par des hommes et dont les femmes, les adolescentes et les enfants sont les principales victimes. Ce ne sont pas les mesures répressives qui vont faire reculer de telles inégalités entre les femmes et les hommes. La violence envers les femmes étant un frein à l’égalité entre les sexes, des mesures pour atteindre cette égalité sont plus utiles et nécessaires que des mesures répressives envers les criminels.

Nous privilégions la prévention et la sensibilisation, grâce auxquelles des crimes peuvent être évités plutôt que seulement punis. Nous ne sommes pas les seules à être convaincues, études à l’appui, que les mesures répressives ne sont pas du tout efficaces pour réduire le taux de criminalité, puisqu’elles n’ont pas d’effet dissuasif.

Pour réellement soutenir les victimes, le gouvernement doit miser sur la prévention et les services d’aide directe. Nous dénonçons les dépenses faramineuses liées à l’application des mesures prévues dans le projet de loi C-10 – qui s’élèveront à 19 milliards de dollars selon l’Institut de recherches et d’informations socio-économiques (IRIS) – alors que la Stratégie fédérale d’aide aux victimes ne recevra que 26 millions dans les deux prochaines années. Nous ne pouvons que souligner ce déséquilibre flagrant et se questionner sur le sens des priorités du gouvernement. Comment le premier ministre peut-il affirmer que « ce gouvernement existe pour aider les victimes »?

Pour M. Boisvenu comme pour le gouvernement conservateur, l’impossible réhabilitation de certains criminels justifieraient de se questionner sur les mesures répressives les plus radicales. M. Boisvenu cite en exemple les Shafia, inculpés pour quatre meurtres prémédités, qui ne pourraient pas, selon lui, « être réhabilités dans les valeurs canadiennes ». Deux poids, deux mesures selon l’origine des criminels? En serait-il de même pour les victimes dont il se prétend le porte-parole? L’affirmation xénophobe du sénateur a vite glissé dans la nécessité, à son avis, de resserrer l’immigration pour les gens provenant de ce « genre de pays ».

Notre volonté devient donc encore plus ferme de se dissocier des positions du sénateur et d’affirmer qu’il ne parle pas au nom des victimes, malgré ses prétentions. En tous les cas, il ne parle pas en notre nom.

Actualités RQCALACS

13
nov

Montréal, le mercredi 8 novembre 2017 – Le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) salue l’initiative des ministres David et Charlebois de débloquer 1M$ pour aider les ressources pour victimes d’agression sexuelle à faire face à l’augmentation des demandes de soutien. Suite à la vague de dénonciations #MoiAussi, les CALACS avaient vu, en moyenne, les demandes d’aide tripler en seulement dix jours et cette augmentation n’a cessé de prendre de l’ampleur depuis. Les montants remis par le gouvernement sont donc chaudement accueillis dans les centres. Le fonds d’urgence a été distribué parmi 47 ressources. Les centres membres du RQCALACS ont reçu entre 10 800$ et 28 400$.

Lire la suite »

8
nov

Le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) lance un vaste mouvement de solidarité en invitant la population à accrocher une courte chaîne de trombones à leurs vêtements, comme symbole de leur engagement dans la lutte aux violences sexuelles. Avec la vague de dénonciations #MoiAussi, les victimes ont encore brisé les chaînes du silence. Ensemble, créons une grande chaîne de solidarité.

Lire la suite »

31
oct

À peine deux semaines après la sortie du mot-clic #MoiAussi, les Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) sont à bout de souffle et n’ont pas encore vu la couleur de l’argent annoncé par la ministre David.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Ensemble, créons une chaîne de solidarité

Lire la suite »