Agir pour prévenir la violence sexuelle dans les écoles

24 septembre 2018

Montréal, le 24 septembre 2018 – Dans le cadre de la présente campagne électorale, le Mouvement pour des écoles sans violences sexuelles tient à rappeler aux partis politiques que la violence sexuelle dans les écoles primaires et secondaires est présente au quotidien: attouchements, commentaires sexualisés, « blagues » sexistes, rumeurs, cyberviolence sexuelle, agressions sexuelles, etc. Il s’agit d’un enjeu de taille que nous devons, en tant que société, prévenir et sur lequel nous devons agir. Nous posons la question : Croyez-vous que le programme d’éducation à la sexualité à lui seul pourra suffire?

La violence sexuelle chez les jeunes

Les statistiques démontrent que 66 % des victimes d'infractions sexuelles sont âgées de moins de 18 ans. 1 fille sur 5 et 1 garçon sur 10 rapportent avoir été victime d’agression sexuelle avant l’âge de 18 ans. Elles et ils fréquentent nos écoles primaires et secondaires.

La violence sexuelle dans les écoles

Des recherches sur le harcèlement sexuel démontrent un taux de victimisation élevé dans les écoles : 44 % chez les filles et 42 % pour les garçons. Ces violences ont un effet non seulement sur l’apprentissage et la réussite de ces élèves, mais aussi sur leur santé mentale, leur adaptation à l’école, leur vie personnelle et professionnelle, pour le reste de leur vie.

Et lorsque ces violences ont lieu en dehors du milieu scolaire, elles demeurent intimement liées à l’école, le milieu de vie des jeunes.

Le personnel des écoles doit pouvoir agir concrètement, efficacement et en concertation autour de ces victimes. Il doit avoir les moyens, les outils et les ressources pour prévenir et dépister la violence sexuelle, protéger et accompagner les victimes. Les jeunes ont le droit d’aller à l’école et de s’y sentir en sécurité. Nous devons les écouter, les croire, les protéger et agir…

Des jeunes qui se mobilisent : Mouvement pour des écoles sans violence sexuelle

Un groupe de jeunes filles de 12 à 16 ans est à l’origine du Mouvement pour des écoles sans violences sexuelles. Elles ont pris la parole publiquement, au printemps dernier, pour demander des changements et des mécanismes pour renforcer leur sécurité à l’école. Ces filles ont élevé leur voix pour dire STOP aux violences sexuelles. Elles ont témoigné de leur histoire pour dénoncer ce que vivent les jeunes à l’école. Elles ont rassemblé tout leur courage pour dire « écoutez-nous, protégez-nous, nous avons des solutions, agissez maintenant ».

Prévenir et agir

Les écoles ont des plans de lutte contre l’intimidation et la violence. Cependant, la grande majorité de ces plans ne font pas mention de la violence sexuelle. Nous recommandons qu’une loi cadre et un protocole d’intervention spécifique et uniforme soient élaborés pour dépister, prévenir, intervenir et accompagner adéquatement. Nous ne croyons pas que seuls les cours d’éducation à la sexualité pourront pour régler le problème de la violence sexuelle dans les établissements scolaires.

Au vu de ce qui précède et en contexte de campagne électorale, nous voulons entendre les différents partis politiques sur le sujet. Que mettront-ils en place légalement et budgétairement pour que toutes les écoles aient les outils, les moyens et les ressources pour prévenir et agir en termes de violence sexuelle. Pouvons-nous faire de la lutte aux violences sexuelles faites aux jeunes une priorité?

- 30 - 

* Le Mouvement pour des écoles sans violences sexuelles Association jeunesse de l'Ouest-de-l'Ile
BCHM
Centre d’aide aux familles latino-américaines (CAFLA)
Fondation de la famille Brian Bronfman
Fondation canadienne des femmes
Fondation Marie-Vincent
Le mouvement Sans oui, c’est non!
Maison d'Haïti
Mouvement contre le viol et l’inceste (MCVI-CALACS)
Naos jeunesse
Place aux filles
Prévention CDN-NDG
Québec contre les violences sexuelles
Regroupement des organismes ESPACE du Québec 
Réseau pour la paix et l’harmonie sociale
RQCALACS
Y des femmes de Montréal

Cette lettre est également endossée par la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes

Actualités RQCALACS

29
oct

C’est avec grande déception que le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) avait accueilli la proposition du conseil d’administration de la FFQ souhaitant forcer une prise de position des membres sur le débat entourant la prostitution.

Lire la suite »

12
oct

À pareille date l’an dernier, les réseaux sociaux étaient pris d’assaut par des milliers survivant.e.s d’agression à caractère sexuel qui témoignaient de leur vécu sous le mot-clic #MeToo, alors qu’une actrice hollywoodienne, Alyssa Milano, propulsait le mouvement initié par la militante afro-féministe Tarana Burke. Aujourd’hui, les Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) réitèrent la nécessité d’un véritable changement de culture PERMANENT et des actions soutenues pour contrer les violences sexuelles.

Lire la suite »

28
sep

Lettre ouverte suite au point de presse du Parti Québécois du mercredi 26 septembre 2018 Le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) constate la sortie du Parti Québécois– représenté par la vice cheffe du Parti Québécois, Véronique Hivon, ainsi que les candidats Carole Poirier (Hochelaga Maisonneuve), Maka Kotto (Bourget), Jennifer Drouin (Sainte-Marie–Saint-Jacques) et Marie-Aline Vadius (Laurier-Dorion)- pour rappeler l’importance de donner suite au mouvement #moiaussi.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Campagne Ça me regarde!

Lire la suite »